Il n’y a pas qu’Athènes ou les iles enchanteresses!

Il y a aussi Thessalonique (nommée aussi la ville blanche) et ses environs

 

thessalonique.jpg(source image : www2.lingue.unibo.it) et texte : http://fr.wikipedia.org/wiki/Thessalonique 

 

Salonique, au début du XXe siècle,
est une ville multiethnique : elle compte autour de 120 000 habitants, dont 80 000 Juifs, 15 000 Turcs et 15 000 Grecs, 5 000 Bulgares et 5 000 Occidentaux.
Elle est une des plus grandes et plus modernes villes de l’Empire ottoman et un de ses plus grands ports. Salonique est aussi devenue un important centre de bouillonnement politique. Ainsi, le
Comité
ottoman de la Liberté, qui
joue un rôle important dans la direction du mouvement des Jeunes-Turcs, y voit le jour en août 1906. Conquise par la Grèce en novembre 1912, durant la première guerre balkanique, de nombreux
Turcs la quittent. Les églises byzantines, transformées en mosquées par les Ottomans, redeviennent alors des lieux de cultes chrétiens.

 

 

 

La Première Guerre mondiale intervient au moment où Thessalonique commence à s’intégrer à l’État grec. Au début du conflit,
la Grèce est un pays neutre, mais traverse une grave crise politique entre partisans de la
Triple-Entente et partisans de la Triplice. Une partie des troupes évacuées des Dardanelles à l’automne 1915 est envoyée au secours de la Serbie et s’installe à Thessalonique, qui
constitue une base logique pour réaliser leur objectif. L’opération se nomme
expédition de Salonique
avant de devenir le front d’Orient. Vénizélos, le
Premier ministre favorable à l’Entente les y autorise. En 1916, un total de 400 000 soldats français, britanniques et serbes sont présents dans la ville.

 


La présence alliée dans la ville joue un rôle politique décisif : chassé du poste de Premier ministre, Vénizélos quitte Athènes et rejoint Thessalonique le 26 septembre 1916. Un

est organisé. Thessalonique devient
alors capitale d’une région en révolte, mais aussi le quartier général des Alliés qui soutiennent ce mouvement. Après l’abdication du roi en juin 1917, Vénizélos retourne à Athènes et
Thessalonique perd son statut de capitale de la Grèce.
En août
1917, tout le centre de la ville est ravagé par un incendie catastrophique. 9 500 bâtiments
sont détruits, laissant 70 000 personnes sans abri. La reconstruction de la ville permet une complète restructuration de son plan et de son organisation spatiale.

« Gouvernement de défense nationale »

 

 

 

C’est à Thessalonique que les Allemands
ont installé leur Quartier Général lors de leur
occupation de la Grèce durant la Seconde Guerre mondiale. Les Juifs de Salonique sont la principale communauté sépharade touchée par la shoah, on estime que 98% de la communauté a été exterminée.

Après la Seconde Guerre mondiale et le
début de la
Guerre froide, la ville connaît des difficultés. Le rideau de fer la coupe de son hinterland commercial : toutes les routes commerciales qui avaient fait sa
fortune sont interrompues. Dans les années 1950, la ville connaît une nouvelle transformation urbanistique, principalement dans la ville basse. La Foire Internationale de Thessalonique, héritière
des foires de la Saint-Dimitri du Moyen-Âge, recréée en 1926, est le plus grand centre d’exposition du pays faisant de Thessalonique avant tout un centre d’affaires et une grande foire
internationale, plutôt qu’une destination touristique.

Quoique!

 

 C’est une ville très agréable ou il fait vraiment
bon vivre c’est aussi le lieu idéal pour visiter Le reste sur l’article qui suit! (OB jugeait mon article trop long…Snif)

A de suite….

Publicités

11 réflexions sur “Il n’y a pas qu’Athènes ou les iles enchanteresses!

  1. coucou Renée je suis chez moi pour deux jours je ne rattraperais pas tout mon retard de visites mais je passe te faire unpetit coucou, je vais voir ton blog à bientôt

    J'aime

  2. On a passé qqs jours a Thessalonique, avec Liza, autour du 1° janvier; et on a adoré.

    C’est une culture différente du sud de la Grèce, y compris culinaire.

    Et une animation incroyable.

    J'aime

  3. Bonjour Renée 

    Un petit coucou pour te souhaiter une belle journée, au
    soleil de préférence…. La Grèce en ce moment fait bien parler d’elle, mais pas en bien !
     

    Gros bisous. Marishka

    J'aime

  4. Les îles grecques et aussi la Crête, ça me fait encore rêver et pourtant j’an connais au moins … une douzaine ! Je raconterai un jour.

    Bisous Renée, les chats on peut les expédier, mais je crois qu’ils auraient chaud dans ton pays avec leur beau poil angora !!!

    J'aime

  5. J’ai lu ton billet avec grand intérêt. Le grand-père de mon épouse faisait partie des 400 000 soldats français envoyés à Salonique en 1916. Il en est revenu blessé et atteint de paludisme. Merci
    renée. Bisous

    J'aime

Les commentaires sont fermés.