(2) La lune par

Laurent Laveder

Mais juste avant quelques nouvelles de mamy puisque vous êtes nombreux à en avoir demandé.

Elle va bien vu ce qu’elle a subi. Elle a repris *du poil de la bête* comme on dit, fait ces exercices quotidiens avec le physio, ce qu’elle aime beaucoup.

Le 23, elle auras une évaluation et décision sera prise si elle peut retourner dans son home ou encore rester à l’hôpital de gériatrie. Il est évident que vu son âge on ne peut attendre de miracle mais nous restons tous sidérés de sa détermination a guérir.

Une belle leçon.

Place maintenant à la lune avec ces sublimes clichés

qui n’est pas que photographe mais aussi auteur de 3 livres :
« Le ciel, un jardin vu de la Terre »
« Quartier libre »
« Pluie d’étoiles en Bretagne »

Aimant particulièrement cet astre, je suis sous le charme.

Et vous?

Bonne journée

Publicités

L’artiste John Pugh

Image1 au travail sur de magnifique trompe l’oeil

Image2

Tout ce que vous voyez est peint sur un mur ! Même la femme qui jette un coup d ’oeil…

Image3

Les colonnes, style dorique, sont peintes sur un mur plat…

Image4

Les personnes représentent la reine Liliuokalani, dernière reine du Hawaii, et le duc Kahanamoku, que l’on appelle le père du surfing.

Image5

Peinture murale qui s’appelle : « L’Art qui imite la vie qui à son tour imite l’Art qui imite la vie ».
La cliente à la table est peinte, et… elle ne quitte pas sa place à l’heure de fermeture.

Image6Valentin le taureau et un vautour attendent que l’artiste se réveille.
Le tout est peint sur un mur plat.

Image7Baie dans une bouteille : même le spectateur fait partie de la peinture

Image8

Ceci semble une agréable aire de repos le long de la promenade pour tes pauvres pieds.
Eh non, ce n’est qu’un peinture murale, parfaitement plate…

Image9Tout est faux. Tout est peint sur un mur plat et sans fenêtres !
Cette oeuvre s’appelle « Slowin’ Down To Take a Look » (si vous passez devant, ralentissez pour jeter un oeil).

Carrément incroyable !
Se jouer de la perspective, de la lumière, donc des ombres…
Quel talent non?

P.S.

J’ai reçu ce PPS par mail, merci à qui?

A *Les Epicéas*….gite et chambres d’hôtes

Perché

lors de notre passage à Genève le 26 décembre,  nous avons observer un petit écureuil…

Ce diaporama nécessite JavaScript.

il était juste sur l’arbre en face du balcon (chez le enfants de Jean)

Chaque fois que j’en vois un je pense direct à Brigitte du blog Une bonne nouvelle par jour dite aussi écureuil bleu…..Elle les aime beaucoup.

Moi aussi c’est un animal attendrissant.

Et vous, vous les aimez?

Dimanche gris?

Oui il fait gris

La pluie est tombée une bonne partie de la nuit faisant du tintamarre tous comme d’ailleurs, une fête dans les environs, dont la musique c’est
arrêtée que vers 04H00 du mat !

Cela na pas empêcher que vers 06H30 nous soyons debout, le jour se lève plus tôt maintenant et nous n’avons pas l’heure d’été !

Il est environ 11H40 en ce dimanche le ciel est gris.

Pleuvra encore pleuvra pas ?

Qu’importe c’est la saison des pluies (hivernage) c’est donc normal et bénéfique, cela n’empêche pas qu’il fasse super bon sans pour autant faire
trop chaud, un peu lourd mais supportable.

Avant de préparer la table un petit bain……Pourtant non ça attendras il ne faut pas louper cela !

P1030662

P1030663

P1030664

P1030665

P1030666

P1030668

Bien sûr je vous ai déjà montré un magnifique

vol de pélicans

mais là ils sont
vraiment pile au dessus de nos tête c’est majestueux.

Ce que fut notre repas? Salade de fruits avec mangues et bananes du jardin, pamplemousses du verger plus bas de chez nous et orange…du super
marché.

Bon dimanche

NIMES

  • Nimes et ces beautés
  • J’ai encore reçu ces images en PPS alors le mieux est de partager et ainsi faire honneur à son concepteur!
  •    


  • De gueules au palmier de sinople posé sur une terrasse du même. Au crocodile passant et contourné, aussi de sinople, attaché avec une chaîne d’or au tronc du
    palmier. À la couronne florale d’or, liée d’un ruban du même, accrochée à une palme, en chef de l’écu à dextre.
  • À l’inscription d’or en lettres latines  COL  à la dextre du tronc et  NEM  à senestre.  » La ville de Nîmes aurait été l’un des
    principaux oppida celtes de l’âge du fer, entre le VIIIe et le IIe siècles av. J.-C. En121 av. J.-C.,les habitants décidèrent de se mettre sous la protection des Romains pour se protéger des
    voisins envahissants…
  • Ce n’est cependant qu’en l’an 27 av. J.-C. que la colonie fondée par Octave Auguste fut pleinement organisée. A partir du Ve siècle, les invasions se succédèrent
    puis, en 752, la ville réussit à devenir indépendante. Elle passa sous la tutelle des comtes de Toulouse en 892 jusqu’à sa soumission à Louis VIII en 1226. Son rattachement à la couronne devint
    officiel en 1229.
  • De son passé romain, la ville conserve de multiples vestiges. Ici l’on retrouve le CASTELLUM DIVISORIUM où arrivait un aqueduc, long de 50 km, via le Pont du Gard.
    Taillé dans le roc, d’un diamètre de 5,90 m, il acheminait l’eau à travers la ville grâce à dix canalisations de plomb.
  • Sur le mont Cavalier, au plus haut point de la ville, se dresse la tour Magne, élément de l’antique enceinte d’Auguste qui assurait la surveillance de la VIA
    DOMITIA.
  • La tour polygonale de trois étages et mesurant 34 m de hauteur, serait antérieure à l’arrivée des Romains. Elle a été dotée d’un escalier en spirale pour permettre
    aux visiteurs courageux de jouir de la vue magnifique sur la ville et ses toits roses.
  • En haut, à gauche, la voie verte représente en quelque sorte les Champs-Elysées de Nîmes, l’Avenue Jean Jaurès. En toile de fond on peut voir le Mont Ventoux et
    les Alpilles… Du haut de la tour, on réalise mieux l’ampleur de la ville qui abrite près de 150 000 habitants.
  • De la tour, nous redescendons à travers de superbes jardins qui nous permettent d’admirer une grande variété d’essences méditerranéennes.
  • Un charmant petit bassin…
  • Ce jardin est un enchantement!
  • Nous découvrons ensuite le somptueux Jardin de la Fontaine créé au XVIIIe siècle par un ingénieur militaire, J.P. Mareschal. Il existait déjà une fontaine, la
    fontaine Nemausis, résurgence des eaux de pluie s’infiltrant dans les collines calcaires avoisinantes.
  • Le plan antique de la fontaine a été respecté, miroir d’eau alimentant bassins et canaux… Les vases et statues furent sculptés par Pierre Hubert Larchevêque en
    1750. Du temps des Romains, il existait aussi des thermes, dont il reste quelques vestiges dans ce quartier autour duquel la ville s’est développée.
  • Bien sûr, cette Diane chasseresse n’est pas contemporaine du Temple de Diane qui date de la fin du Ier siècle… Ce temple romain était dédié au culte impérial. Il
    devint chapelle pour les Ursulines installées autour de la source à partir du Xe siècle…
  • Au XVIe siècle, l’église existait encore, occupée par des frères qui en furent chassés lors des guerres de Religion. Le monument servit alors d’entrepôt qui fut
    incendié peu après. Ci-dessus, on peut distinguer des graffitis réalisés par des tailleurs de pierre, au XVIe siècle .
  • Le canal alimenté par la fontaine.
  • Il est agrémenté par ce joli jet d’eau et, avant la poursuite de sa course, un petit barrage a été aménagé pour faciliter l’entretien. Une sorte de griffon décore
    l’arche du pont qui l’enjambe à cet endroit.
  • L’Hôtel de Ville de Nîmes a été construit au tournant des XVIIe et XVIIIe siècles.
  • Sur la place d’Assas, est proposé, depuis 1989, un parcours initiatique mêlant soleil, eau, végétal et minéral. A l’ouest, se trouve le Dieu Nemausus représentant
    la force de la ville. A l’est, il s’agit de Némausa, la source originelle de Nîmes. Leurs eaux forment le bassin circulaire d’où émergent quatre colonnes et deux silhouettes. Au fond de la
    place, une pyramide de rochers et de verdure symbolise le jardin d’Eden. De chaque côté, sur les parapets, une série de symboles, d’emblèmes et d’énigmes provenant du monde de l’alchimie, des
    Francs-Maçons, du Tarot, de la Bible, etc..
  • La Maison Carrée de Nîmes est, sans conteste, tout à fait rectangulaire! C’est que le mot « rectangle » est assez récent. Auparavant on le nommait
    « carré long »… Elle fut édifiée sous le règne d’Auguste, au Ier siècle av. J.-C., sur le plan du temple d’Apollon de Rome. On y retrouve cependant une influence grecque : pureté des
    lignes, élégance des colonnes, chapiteaux corinthiens sculptés avec feuilles d’acanthes… Elle dominait le Forum de la ville antique et était consacrée aux « Princes de la jeunesse »,
    les petits-fils de l’Empereur, Caïus et Lucius Caesar. Elle devint maison consulaire, servit longtemps d’église, fut restaurée au XVIIIe siècle par J.- F. Séguier puis devint le premier musée
    de la ville en 1821. Sans doute à cause de son utilisation ininterrompue au cours des âges, c’est certainement l’un des mieux conservés des temples romains.
  • La Maison Carrée
  • A gauche, la voie qui s’étire face à la Maison Carrée.
  • A proximité de la Maison Carrée, le Carré d’Art qui remplaça, au grand dam de certains Nîmois, l’ancien Grand Théâtre de Nîmes construit au début du XIXe siècle.
    Ce dernier arborait une majestueuse série de colonnes en façade mais il fut malheureusement détruit par les flammes en 1952. Un peu partout dans la ville, des immeubles en pierre avec balcons
    ornés de très belles ferronneries.
  • C’est en bordure de l’autoroute, dans l’aire de Caissargues, que l’on trouve, à l’extrémité d’un mail bordé de micocouliers, tout ce qui reste de l’ancien théâtre
    remplacé par le Carré d’Art, des colonnes néo-classiques qui en ornaient la façade…
  • Encore un bel immeuble et, ci-dessus, le théâtre de la Calade.
  • La tour de l’Horloge était, autrefois, attenante à la maison consulaire. Elle servait à appeler les Conseillers pour les délibérations et à prévenir des incendies.
    L’inscription gravée en médaillon, à droite, rappelle la reconstruction de 1754. Elle est maintenant le centre d’une place animée.
  • Les petites rues du centre de la ville paraissent quand même aérées. Rien de comparable avec celles tortueuses de sa voisine Arles, par exemple…
  • On retrouve, au centre de Nîmes, un grand nombre de magnifiques portes datant des XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles. L’hôtel Besserié fut construit entre les XVIe et
    XVIIIe. Sa magnifique porte au décor Renaissance fut probablement construite au XVIe.
  • A gauche, celle de l’hôtel Meynier de Salinelles, du XVIe siècle. Devenu propriété de la Banque Arnaud-Gaidan, il fut revendu à la commune vers 1980.
  • Cette fontaine se veut un rappel du logo de la ville. Au IIe siècle av. J.-C., une monnaie fut frappée, l’As à légende grecque… Au revers, un crocodile enchaîné à
    une palme symbolisait la soumission de l’Egypte à Rome! Le logo actuel de la ville, conçu en 1985 par Philippe Starck, a gardé la symbolique romaine, tout en modernisant son
    aspect.
  • Divers aspects du Palais de Justice édifié de 1836 à 1846, juste en face des Arènes de Nîmes, par l’architecte Gaston Bourdon. Ses colonnades ne sont pas sans
    rappeler fortement la Maison Carrée.
  • En 1844, la ville organisa un grand concours pour la réalisation de cette fontaine qu’elle voulait grandiose. Pradier obtint le contrat même si sa soumission était
    d’un prix plus élevé que celui de ses concurrents… On décida d’utiliser le marbre blanc pour les sculptures. Terminée en 1850, la Fontaine de l’Esplanade nommée maintenant Fontaine Pradier, ne
    fut inaugurée que le 1 er juin 1851. Elle représente la ville de Nîmes placée au-dessus de quatre allégories de l’Eure, du Gardon, du Rhône et de Némausa avec une grenouille à sa base…
  • A proximité de la fontaine, l’église Sainte-Perpétue et Sainte-Félicité fut construite entre 1852 et 1862. Elle remplaçait une ancienne chapelle conventuelle des
    Capucins et devait contribuer à la splendeur de la Place de l’Esplanade!
  • A proximité, des espaces pour les enfants. Dans le jardin de la Couronne, une statue représentant Alphonse Daudet qui est né à Nîmes, œuvre de Falguière, a été
    inaugurée le 8 avril 1900.   Du Théâtre Français nous tous, tes interprètes, Associant la France à l’éclat de ces fêtes, Unissons notre hommage à ceux de la Cité ! Désormais, ô
    Daudet, ta gloire est sans nuage. En invitant Falguière à sculpter ton image, Ta ville a consacré ton immortalité. Pour cette occasion, voici la fin de l’Acrostiche écrit par Edgard Carcassonne
    du barreau de la ville et lu par Paul Monnet, éminent Sociétaire de la Comédie Française :
  • L’église Saint-Baudile a été construite en 1877. Elle rappelle le premier apôtre de l’église de Nîmes, au IIIe siècle. Ci-dessous, l’Université de Nîmes
    s’enorgueillit de cette façade Renaissance. Son portail flanqué de deux flèches élégantes comporte un tympan orné d’un bas-relief représentant le Christ entouré des symboles des quatre
    évangélistes. Curieusement, une horloge a été installée au centre de la rosace qui est surmontée par la statue représentant Saint Baudile portant palme et épée.
  • Ce qu’il reste de la porte d’Auguste (16-15 av. J.-C.) où aboutissait la VIA DOMITIA. Elle comportait deux larges portes pour les chars et deux plus petites pour
    les piétons. Au sol, on peut encore observer le dallage de la Voie. Un médaillon représente la louve allaitant Romulus et Rémus.
  • Bel immeuble en pierre, voie étroite et passage voûté rappellent le passé de la ville…
  • Ci-haut, le Presbytère datant des XVIe et XVIIe siècles, offre une façade unique à Nîmes, avec sa décoration d’inspiration Renaissance. Les fenêtres à meneaux sont
    flanquées de pilastres d’ordre corinthien décorés de rameaux de chêne. De chaque côté de la porte, les doubles colonnes s’apparentent à l’ordre dorique. A droite, l’évêché de Nîmes.
  • La cathédrale Notre-Dame et Saint-Castor fut élevée aux XIe et XIIe siècles puis restaurée au XVIIe. Sa frise sculptée d’origine compte parmi les chefs-d’œuvre de
    la sculpture romane régionale. Subsistent de l’édifice roman, en plus des six premières scènes de la frise, le clocher surélevé au XIVe siècle, la partie gauche de la façade avec ses fines
    arcatures, le fronton et la corniche.
  • En bas, à gauche, une frise peinte qui subsiste sur le côté, à droite de la façade.
  • La nef a été reconstruite au XVIIe siècle.
  • L’une des nombreuses petites places de Nîmes où il fait bon se reposer…
  • La chapelle Sainte-Eugénie est, avec la cathédrale, la plus ancienne église de Nîmes. On en retrouve une première mention en 956! Inspirée de l’art roman, sa
    façade a été rebâtie au XIXe siècle…
  • Les jolies ferronneries de ces balcons en arrondi, attirent le regard… Le 23 mars 1561 se serait tenue en cette rue, chez Jean Maurin, serrurier, la première
    séance du Consistoire qui instaura l’Eglise Réformée de Nîmes.
  •  
  • Ci-dessus, l’église Saint-Paul qui fut construite en 1849, rompant avec le courant néoclassique pour emprunter le style des églises romanes de la région,
    s’inspirant, notamment, du porche de Sainte-Trophine d’Arles. Le lycée Alphonse Daudet
  • C’est l’empereur Hadrien qui fut l’instigateur des Arènes de Nîmes en119. Son œuvre fut poursuivie par Antonin et elles furent inaugurées en 138. Elles ont servi
    pour des jeux publics puis furent abandonnées lors des invasions de toutes natures. En 472, les Wisigoths les entourèrent d’un large fossé et construisirent habitations et tours, ces dernières
    n’ayant été détruites qu’en 1809. Le fossé fut comblé en 1278 sur ordre de Philippe le Hardi. Les chevaliers assuraient la garde du site depuis 1100 et ils la conservèrent jusqu’à la fin du
    XIVe siècle. A ce moment, ils abandonnèrent leurs maisons. La population s’empara alors des lieux et l’on vit construire un véritable village abritant jusqu’à 2 000 personnes à une certaine
    époque, formant le quartier des Arènes jusqu’à ce qu’en 1809, on procède au déblaiement complet du site sur ordre du préfet du Gard, Monsieur d’Alphonse.
  • Les Arènes de Nîmes vues de l’Esplanade.
  • Cette statue représente Christian Montcouquiol, Nimeno II, le plus grand matador français. Il s’est donné la mort à 37 ans, deux ans après une blessure qui avait
    mis fin à sa carrière de torero.…
  • Après le comblement des fossés autour des Arènes, des maisons furent construites jusqu’à toucher le monument… Aujourd’hui, un vaste boulevard en fait le tour et
    l’accès des touristes en est grandement facilité. L’amphithéâtre de Nîmes est, parmi les constructions romaines de ce type, la mieux conservée. Construit en calcaire de Barutel, il présente, à
    l’extérieur, deux niveaux de 60 arcades chacun pour une hauteur de 21 m. Il est couronné d’un attique.
  • Mesurant 133 m sur 101 m, l’amphithéâtre peut contenir jusqu’à 24 000 spectateurs. Il est formé, outre des gradins, d’un système complexe de couloirs, escaliers,
    galeries et vomitoires qui permettent la sortie rapide du public. Des corridas y sont organisées depuis 1853.
  • En circulant en haut des gradins, la vue sur les toits de la ville est particulièrement agréable. Ci-haut, le lycée Alphonse Daudet.
  • Le clocher de la cathédrale…
  • Et, au loin, la Tour Magne d’où nous avons démarré notre promenade pédestre.
  • En 1660, alors que Louis XIV devait y passer, les Consuls de Nîmes firent peindre sur cette porte, des inscriptions dans lesquelles se trouvait le mot FRANCIAE.
    Ceci attira l’attention populaire qui lui donna ce nom de Porte de France qu’elle a conservé… Elle s’appelait auparavant Porte Couverte ou parfois Porte d’Espagne. Elle est de type assez
    simple, avec une seule baie voûtée et la présence d’une herse. De là repartait la VIA DOMITIA en direction de Narbonne.
  • Une visite de Nîmes serait impensable sans faire le détour nécessaire pour contempler l’un des plus beaux édifices de l’Antiquité romaine, le Pont du Gard. On peut
    d’ailleurs se demander pourquoi il porte ce nom puisque le Gard n’existe pas comme tel. Affluent du Rhône, il est, en réalité, la somme de multiples petits cours d’eau, les Gardons… Les Romains
    accordaient une grande importance à la qualité de leur eau qu’ils captaient, de préférence sur le versant nord des collines. Ils acheminaient cette eau par de longs canaux voûtés et maçonnés,
    avec des purgeurs pour nettoyer et vidanger. Lorsque l’accident du terrain le nécessitait, ils construisaient des ponts, des tunnels ou des siphons. L’aqueduc de Nîmes captait l’eau de la
    source de l’Eure près d’Uzès et devait la transporter sur une longueur de 50 km. A partir du IVe siècle, il ne fut plus guère entretenu et la conduite fut obstruée jusqu’aux 2/3 par des dépôts
    calcaires. Dès le IXe siècle, il ne fut plus utilisé. C’est par ce site que nous terminerons notre visite.
  • C’est la vue que nous avons en arrivant par la rive droite en fin de journée. Le pont a été construit avec d’énormes blocs de pierre qui deviennent dorés au
    soleil. Au-dessus des premières arches, un passage est réservé aux piétons maintenant.
  • Ci-haut, le canal qui acheminait l’eau sur la partie supérieure et, à droite, les vestiges de celui qui passait sous la colline. En bas, le Gardon qu’enjambe le
    pont.
  • A l’est, alors que le soleil descend…
  • Merci au concepteur de ce PPS pour, les images et informations!